bayard
Lili Souris - de 1 à 3 ans
Petit Ours Brun sur la balançoire

Petit Ours Brun sur la balançoire

Pour les parents, conseils sur la petite enfance et le développement de l'enfant
facebook twitter envoyer imprimer

Peur des animaux : comment aider votre enfant à la dépasser ?

Comment l’aider à dépasser sa peur des animaux ? Cahier parents Popi, mars 2015. Illustration : Danièle Bour.
Lundi 16 Février

Si votre enfant se cache derrière vos jambes dès qu’il voit un chien, s’il craint de caresser le chat de la voisine, s’il a terriblement peur de tout animal qui croise son chemin, que faut-il faire ? Comment l’aider à vaincre sa peur ? Conseils avec Claude Béata, vétérinaire comportementaliste.

Un réflexe de protection naturel

Chez un tout jeune enfant, la peur des animaux n’est ni rare ni anormale. Il s’agit juste d’un réflexe de protection. Cette méfiance instinctive à l’égard des bêtes de toutes sortes existe depuis les débuts de l’histoire de l’humain, elle est profondément inscrite en lui.

Par ailleurs, les toutes premières confrontations d’un petit enfant avec de vrais chiens et chats ont de quoi le dérouter : ces animaux ne ressemblent en rien à ceux qu’il a vus dans les livres ou les dessins animés ! Ils ne parlent pas et ont parfois des comportements bizarres… Mais si la peur est compréhensible, il est souhaitable d’aider l’enfant à la dépasser. Car s’il se laisse envahir par elle, il pourrait, en présence d’un animal, avoir des réactions inappropriées (hurler, se mettre à courir) qui pourraient le mettre en danger.

Apprivoiser l’inconnu

Si vous-même, vous n’êtes pas très à l’aise avec les animaux, votre enfant le ressentira. Avant deux ou trois ans, un petit enfant est très sensible au langage non verbal : il perçoit les tensions de votre corps… exactement comme un petit animal ! Et même si vous êtes persuadé de ne rien laisser paraître, le simple fait de vous crisper au moment où vous croisez un chien dans la rue, alors que vous tenez votre enfant par la main, suffira à lui transmettre un message de défiance.

Évidemment, il vous est impossible de maîtriser vos réactions, mais vous pouvez atténuer leurs effets en échangeant avec lui : “Oh, regarde, je crois que ce chien est très content de se promener avec son maître. Qu’en penses-tu ?” ou “Tu as vu ses grandes moustaches ?” En parlant ainsi de l’animal, il devient moins étrange, moins inconnu, et cela désamorce en partie la peur que lui et vous pouvez en avoir.

Respecter le temps de l’observation

Comment l’aider à dépasser sa peur des animaux ? Cahier parents Popi, mars 2015. Illustration : Danièle Bour.

Certains enfants sont intrépides et foncent sur les animaux pour jouer avec eux. Ce qui n’est pas non plus sans danger ! Le plus souvent, un enfant a besoin d’un temps d’observation avant de tenter l’approche. Et il est bon de respecter son attitude en ne le forçant pas à caresser un chien ou un chat. 
À vous regarder caresser vous-même l’animal, il est probable que cela lui en donnera l’envie et l’assurance pour le faire. De même, en voyant d’autres enfants s’amuser et faire des câlins à leur animal de compagnie, votre petit constatera que cela peut être un vrai plaisir. Une excellente motivation pour oublier sa peur !

Apprendre les règles

Qu’il soit intrépide ou timide, il est souhaitable de très vite apprendre à votre enfant quelques règles du bien vivre avec les animaux de compagnie :

  • quand un animal mange, il ne faut jamais le déranger ; 
  • quand on le caresse, il faut faire tout doucement et ne pas appuyer trop fort ; 
  • quand un chien remue la queue, c’est qu’il est content ; 
  • quand un chat remue la queue, c’est plutôt qu’il est énervé ; 
  • quand un animal met ses oreilles en arrière, il faut le laisser tranquille ! 

Ainsi la cohabitation avec les animaux pourra-t-elle être sans risque et heureuse. 

Isabelle Gravillon, Supplément pour les parents, Popi, mars 2015. Illustration : Danièle Bour
  < Recettes pour les enfants : un menu d’hiver vitaminé  
  L’écologie, c’est aussi pour les petits ! >  
Feuilleter Popi