bayard
Lili Souris - de 1 à 3 ans
Petit Ours Brun sur la balançoire

Petit Ours Brun sur la balançoire

Pour les parents, conseils sur la petite enfance et le développement de l'enfant
facebook twitter envoyer imprimer

Comment calmer bébé en musique ?

“La musique, une source d'apaisement”, supplément pour les parents, Popi octobre 2016. Propos recueillis par Isabelle Gravillon, illustration : Laurent Simon.
Dimanche 11 Septembre

La musique relaxe les tout-petits quand ils sont tendus, elle les aide à canaliser leur colère et calme leur agitation. Mais quelle musique choisir et comment la faire écouter et apprécier à un jeune enfant ? Les conseils de Gilles Diederichs, compositeur de musique de relaxation pour les enfants…

Quelle musique choisir pour bébé ?

  • Des berceuses

Construites sur un rythme qui imite un balancement naturel – un temps à gauche, un temps à droite, un peu à la manière d’un métronome – ces douces ritournelles produisent un effet quasi hypnotique. Quand un enfant écoute une berceuse, tous ses rythmes corporels se synchronisent sur celui de ce chant : rythme cardiaque, rythme des ondes cérébrales. Sa vigilance baisse, il s’apaise.

  • De la musique classique

Des expériences ont montré qu’écouter de la musique classique provoque des effets physiologiques : le corps se met à fabriquer des hormones anti-stress, les endorphines. Les sonates de Mozart ou de Debussy, par exemple, par leur simplicité et leur couleur sonore très pure qui met en avant un instrument (clarinette, harpe, piano ou flûte), sont particulièrement tranquillisantes.

  • Des musiques du monde

Elles regorgent de percussions de toutes sortes qui souvent imitent des bruits de la nature. Rien de tel pour plonger un tout-petit dans un rêve éveillé, pour l’inciter à s’imaginer dans la forêt ou au bord d’un ruisseau. Ainsi les tablas indiens (tambours), que l’on tapote du bout des doigts, peuvent évoquer le son de gouttes d’eau. Les claves (baguettes en bois que l’on entrechoque) peuvent faire penser aux sabots d’un cheval.

  • Du jazz

Certains morceaux de jazz dans lesquels les cuivres (trompette, trombone, tuba, etc.) sont joués tout doucement, possèdent de vraies vertus calmantes. Et cela grâce à la qualité des accords propres à cette musique (quatre ou cinq notes et non trois comme c’est plus souvent le cas dans d’autres types de musique). Cette particularité tempère les mélodies, leur donne beaucoup de douceur. À tester : “The Girl from Ipanema” de Stan Getz ou “Chetty’s Lullaby” de Chet Baker.

Comment écouter de la musique avec votre enfant ?

  • Installez-vous confortablement

Vous pouvez vous coucher côte à côte sur un tapis ou bien vous asseoir en tailleur et le prendre entre vos jambes, tout contre vous. Ou encore vous mettre dos à dos afin qu’un contact corporel existe mais qu’il ne se sente pas prisonnier. Vous êtes prêts ? Vous pouvez lancer la musique !

  • Captez son attention

Si vous sentez qu’il est très agité, qu’il ne parvient pas à se concentrer sur la musique, donnez-lui un petit coup de pouce en lui parlant. “Tiens, tu entends le piano dans ce passage ? Et as-tu reconnu la flûte ? Écoute, tu ne trouves pas qu’on dirait le bruit de la pluie ?” Par vos questions, vous amenez votre enfant à se recentrer sur lui. Vous pouvez aussi mener une expérience amusante pour l’intéresser : placez les enceintes près de ses pieds nus. Il ressentira alors physiquement les vibrations. Une excellente occasion d’expérimenter que la musique ne se vit pas par le seul sens de l’ouïe, mais s’appréhende grâce au corps tout entier.

  • Aidez-le à aller plus loin dans la détente et la relaxation

Proposez-lui de respirer amplement, en se calquant sur le rythme de la musique. On pose les petites mains sur le ventre et on le gonfle, tout doucement, tout doucement. Puis on souffle avec la bouche, longtemps, longtemps, longtemps… Effet apaisant immédiat, pour tout le monde !
Gilles Diederichs est l’auteur de “Accompagner l’éveil musical de l’enfant”, éd. Mango.

“La musique, une source d'apaisement”, propos recueillis par Isabelle Gravillon, illustration : Laurent Simon, supplément pour les parents du magazine Popi, octobre 2016
  < Petit guide pratique d’éducation positive  
  Téléchargez Lili Souris sur son tapis volant >  
Feuilleter Popi